Quelques notes suspendues

 

° Cycle et transformation

Comme Suspendu créé en novembre 2020, aborde notamment la notion de l’autre dans la rencontre.

Se suspendre, perdre la notion du haut et du bas, regarder autrement, perdre ses habitudes, se nourrir dans l’altérité. Se transformer, se métamorphoser, se connaître soi. Comme Suspendu invoque un temps au présent, un temps poétique et surréaliste en mouvement, un temps étrange et joyeux de l’éveil à l’autre et à soi.

Ce spectacle s’inscrit dans nos réflexions et recherches autour du cycle et des transformations, pour le jeune public.

Un bref apercu de nos projets passés et à venir :

       - Après l’hiver (Marionnettes – Ombres – Rétroprojection) / dès 3 ans

         (En tournée depuis nov. 2017)

Une histoire simple qui évoque le vivant, l’éphémère, le magique, le formidable, le “gracieux” de la vie, notre ténacité face aux obstacles, nos forces, puissances et fragilités nichées dans notre nature propre au travers des saisons. Une histoire de cycle…

       - Petites variations en 3 (ou 4) actes (marionnettes, théâtre d’objet, cirque) / dès 3 ans

Un parcours de 3 (ou 4) soli pour entrevoir le lien originel, le lien primitif ou familial. Souvenirs enveloppés de douceur, de tendresse, de poésie et de fantaisie. Chaque solo de 8 à 10 mn s’inscrit dans le parcours de manière aléatoire. Parcours prévu pour 3 (ou 4) groupes de 25 à 30 personnes par solo

Sortie prévue en 21-22

       - D’amour et d’eau fraîche - La conférence

(Marionnette, Théâtre d’objet et film    d’animation) / dès 7 ans / Commande d’écriture : Magali Mougel (Saison 22-23)

D’amour et d’eau fraîche souhaite aborder nos préoccupations autour de la question de la chimie de l’amour, pour un public dès 7 ans. Cela n’échappe à aucun âge, aucun temps de notre existence. Une tentative d’évoquer l’amour, de le mettre en récit, en mouvement, en sentiment, en jeu dans un questionnement philosophico-chimico-sensible du cycle, des transformations et de la bi-dimension.

° Un espace minimaliste

Dans cette nouvelle création, la structure d’un chapiteau minimaliste est investie de toute part pour raconter un rendez-vous hors normes : Un rendez-vous avec soi-même.  

Se raconte la naissance d’un ballon de baudruche.

Devenu personnage marionnetique, il s’engage dans un parcours aérien en quête d’équilibres nouveaux et de découvertes fortuites, générées par la gravité, l’apesanteur et le corps de l’artiste de cirque en mouvement. Il finit par s’envoler vers sa propre autonomie, à la rencontre de lui-même.

Se suspendre, être en suspension, être en l’air évoque en miroir le sol, l’appui.

La structure scénographique est une base épurée et solide.

Les manipulatrices et la circassienne évoluent sur une structure douce, protectrice et ronde.

La lumière, suspendue sur sa propre structure elle aussi arrondie, impose délicatement sa force dans cet espace propice à l’intimité de la rencontre et à l’ouverture au monde, pour éclairer nos sensations, nos émotions et nos prouesses.

L’objet fragile et la corporalité physique circassienne dialoguent dans une rencontre improbable, suspendue, fragile.

Dans une scénographie et une lumière, simples, précises, efficaces, nous explorons les points de suspension sensibles et tendus entre nos aspirations profondes et notre condition. Dans un hommage aux prouesses techniques, physiques et créatives des mondes de la marionnette et du cirque, le pont suspendu entre la marionnette et le cirque rappelle aux petits acrobates de la vie, à nous tous, que toute élévation nécessite bien des accroches et des bases solides. 

° Univers musical

L’univers de Moondog rencontre celui d’Erik Satie et Julien Israelian compose un cocon musical, autour des notions de légèreté, gravité, rencontre et envol final. Tout un poème.

Le compagnonnage musical avec Julien perdure depuis la création de la compagnie. Riche et précieux.

° Rencontre de la marionnette et du cirque

Ballon de baudruche. Mains. Pieds. Corps.

Tout devient marionnette.

La lumière devient presque noire et la structure s’efface presque parfois.

Les 3 manipulatrices se mettent au service de la vie qui commence.

Elles jouent avec le morcellement du corps pour créer de nouvelles métamorphoses.

Elles jouent avec l’iconographie du cirque et ses techniques (aérien, planche à bascule, équilibre, acrobatie portée, jonglage, clown) pour évoquer en filigrane la puissance de la volonté et l’épanouissement de l’être.

 

° Dispositif technique

Comme toujours, la compagnie propose un spectacle disponible à la tournée, autonome en son et lumière.